Les pieds comme certains membres de nos corps sont énormément vascularisés. La moindre petite plaie à ce niveau peut empêcher un individu de vaquer à ses occupations quotidiennes. Lorsque le pied fait mal, ou encore lorsqu’il subit une déformation, la simple marche devient un parcours du combattant. Les douleurs au pied semblent remonter jusqu’à la poitrine et influencer le degré de fatigue et d’anxiété de la personne. Par ailleurs, les pieds mal entretenus envoient un message négatif à l’entourage. Il semble donc important de prendre soin de ses pieds et de pallier toutes affections ou maladies qui pourraient nous immobiliser. Mais à qui s’adresser ?

L’expression pédicure-podologue utilisée depuis quelques années semble confondre plus d’un. Elle n’établit en effet pas de manière claire quel est le rôle de chacun des professionnels. Découvrez le rôle et les spécificités de chaque domaine, à qui s’adresser, et surtout comment choisir son pédicure-podologue.

La pédicure

La ou le pédicure est une activité qui consiste à apporter un soin esthétique aux pieds. Elle relève du domaine de l’esthéticienne et se fait généralement à l’intérieur d’un salon de massage ou de beauté. Les compétences de l’expert en pédicure sont validées par une formation en esthétique et en pédicure. Il faut compter en moyenne deux années de formation après le BEP ou le BAC professionnel pour achever ladite formation et devenir officiellement pédicure.

Il est commun d’entendre une personne dire « je vais me faire une pédicure » ou « je vais chez le pédicure ». De même, certains diront« je vais me faire une pédicure esthétique » tandis que leurs condisciples affirmeront vouloir « consulter pour une pédicure médicale ». Il semble judicieux de clarifier ses appellations afin de mieux marquer la différence entre le rôle du pédicure et celui du podologue.

Le métier de pédicure esthétique

Dans le langage courant, la pédicure est le terme utilisé pour désigner la personne ou l’esthéticienne chargée de faire un soin et un massage externe des pieds. Son rôle se décline comme suit. Dans un premier temps, elle s’assure de la propreté des pieds en les désinfectant, le plus souvent à l’eau saline. Elle travaille à ramollir les couches durcies de la plante des pieds pour ensuite les retirer à l’aide d’une râpe. Elle enlève les cellules mortes et les déchets accumulés au niveau des ongles.

La pédicure se charge aussi de la coupe des ongles, du lissage de leur forme et de l’application de la couche de vernis pour sa protection. Elle peut aussi poser les faux ongles lorsqu’elle a suivi une formation additionnelle de prothésiste ongulaire. Elle applique le gommage et lave les pieds. La pédicure applique des crèmes adoucissantes et effectue un massage pour détendre les nerfs au niveau du pied. Au-delà de son rôle, comme défini plus haut, le pédicure est habilité à conseiller ses clients sur les crèmes idéales pour adoucir la peau des pieds ou pour prendre soin des ongles. Notons que le terme pédicure et celui de pédicure esthétique désignent les mêmes rôles.

Le rôle du pédicure médical

L’expression pédicure médicale ne correspond pas à une formation formelle. Cependant, en pratique, elle désigne l’activité qui consiste à prendre soin des pieds et des ongles, tout en atténuant et en prévenant la douleur occasionnée par certaines affections. Il s’agit notamment des cors, des durillons, œil-de-perdrix, verrues, ongles incarnés et autres infections bactériennes au niveau des pieds. Il peut ainsi effectuer toutes les activités échues à un pédicure esthétique et procéder à l’ablation des affections externes précitées.

Le pédicure médical peut aussi prescrire des crèmes antibiotiques et des baumes antidouleurs à ses clients. Il se charge du suivi des ablations et peut requérir l’intervention d’un podologue lorsqu’il constate que le pied du client est à risque. Son travail concerne essentiellement la surface du pied. Il ne saurait, à l’instar du podologue, apporter les solutions aux maladies de la peau des pieds ou aux dysfonctionnements des pieds dus à une maladie plus systématique.

Le podologue

Le podologue est tout simplement le spécialiste pratiquant la podologie. C’est l’expert de l’étude du pied dans son fonctionnement interne et externe, en lien ou non, avec les autres organes du corps humain. Il est habilité à faire un diagnostic formel du mal dont souffre le pied. La différence la plus commune entre le pédicure et le podologue est que ce dernier reçoit son titre au bout d’une formation formelle d’une durée de trois années. Elle est généralement suivie d’un stage en clinique avec des interventions en salle d’opération.

Le podologue n’est toutefois pas un médecin. Il est donc fréquent que le médecin général soit le premier à détecter la possibilité d’un mal et à adresser son patient à un podologue. Ce dernier peut faire office de médecin lorsqu’il a une formation complémentaire en orthopédie. On distingue donc divers types de podologues : le pédicure-podologue, le podologue-orthésiste, et le podologue-orthopédiste.

Le pédicure-podologue

Le rôle du pédicure-podologue s’apparente à celui du pédicure médical. En plus des activités de ce dernier, le pédicure-podologue prescrit, confectionne et pose les diverses prothèses et orthèses qui apportent des solutions aux affections externes du pied (celles liées à la peau et aux ongles). Il soigne les pieds bots, les pieds creux, l’hallux rigidus ; il répare et redresse les ongles. Il prescrit et conçoit les semelles orthopédiques afin de résoudre les problèmes de postures chez les enfants et les adultes. Le pédicure-podologue travaille aussi dans l’univers des sports professionnels afin de prévenir et de résoudre les problèmes liés aux dysfonctionnements des chevilles ou des orteils par exemple. Il suit les diabétiques, les artéritiques, les personnes âgées et tous ceux présentant des risques de handicap.

Le pédicure-podologue intervient dans le cadre de la rééducation après une opération ou un coma profond. Dans ce cas comme dans le précédent, il participe à l’établissement d’une routine qui vise à faire travailler les muscles et les articulations des pieds. Notons qu’en de rares occasions, le pédicure-podologue peut étendre ses compétences à la réparation des chevilles ou du genou. Ces occurrences se présentent lorsque le problème détecté au pied ne saurait être résolu sans prendre en compte l’incidence des autres organes.

Le podologue-orthésiste

Le podologue­­­­-orthésiste se focalise essentiellement sur la confection des appareils de correction, semelles orthopédiques, attelles de pied, prothèses et orthèses plantaires. Il s’assure de la personnalisation de chacun d’eux en prenant le soin de vérifier les antécédents sanitaires, le mode de vie et des aspirations de son client.

Encore appelé podo-orthésiste, il intervient uniquement à la demande du pédicure-podologue ou du podologue-orthopédiste. Le statut de podologue est validé par un long parcours qui débute après les classes de 3ème. Il obtient d’abord son CAP qui lui attribue le statut d’ouvrier de conception. Il s’en suit un BAC professionnel grâce auquel il peut exercer en tant que chef d’atelier. Enfin, trois ans après le bac pro, il obtient son BTS et devient un podo-orthésiste. Il peut dès lors concevoir tous les appareils nécessaires à la locomotion des personnes ayant un pied à risque et des personnes officiellement handicapées.

Le podologue orthopédiste

Le podologue-orthopédiste est avant tout un orthopédiste. Il détecte et traite les différentes maladies liées à un dysfonctionnement ou à une dégénérescence osseuse et musculaire. Il vérifie aussi le fonctionnement des diverses articulations, des nerfs et des muscles en rapport ou non avec la colonne vertébrale et le squelette humain. Il est dit podologue-orthopédiste lorsqu’il se focalise sur les maladies liées au fonctionnement interne et externe du pied. Il peut aussi concevoir et poser les appareils orthopédiques s’il a une formation d’orthésiste.

Le podologue-orthopédiste est un spécialiste du domaine de la chirurgie. Il intervient sous la recommandation du médecin ou en cas d’urgence. Dans l’exercice de son métier, le podologue-orthopédiste peut opter pour des solutions chirurgicales ou non, afin de résoudre le mal auquel est confronté son patient. Il lui présente ses meilleures options sans occulter les alternatives et les dangers liés à chacune d’entre elles.

Qui consulter : pédicure ou podologue ?

De la pédicurie à la podologie, les rôles sont imbriqués et complémentaires. Alors, qui faut-il consulter : pédicure ou podologue ?

La réponse réside en premier lieu dans la nature de l’affection.

  • La pédicure est idéale pour la simple mise en beauté du pied. Une visite de l’esthéticienne est des plus recommandées lorsque vous ne remarquez aucune douleur ou infection au niveau du pied.
  • En cas d’infection, le pédicure médical est la solution idoine, car il permet de pallier un problème urgent en évitant le stress lié à une visite au centre de santé.
  • En cas de douleur prononcée, de récurrence de l’affection du pied (de la cheville, des orteils et aussi du genou), ou de difficultés articulaires, consultez votre médecin ou un orthopédiste. Celui-ci vous mettra en contact avec un podologue s’il l’estime nécessaire. Il est possible de consulter un podologue si vous avez des antécédents avérés d’incapacité locomotrice ou en passant par le réseau de diabétiques de votre localité.

En deuxième lieu, vous pouvez recourir directement au podologue et non au pédicure, si l’objectif est de bénéficier des options de remboursement par la mutuelle ou par la Sécurité sociale. Il existe toutefois un ensemble de critères validant le droit de jouissance du remboursement. En général, le recours au podologue doit être sur prescription du médecin. Les patients ayant un diabète de type 2 ou 3, ayant une prise en charge préventive ou curative, peuvent dès lors bénéficier de 4 à 6 séances gratuites par an. Les personnes ne souffrant pas de diabète peuvent quant à eux profiter d’une prise en charge à 60 % dans des conditions similaires. Notons que les soins de pédicure standard, effectués sans ordonnance médicale, ne donnent droit à aucune forme de remboursement.

Quel que soit le spécialiste consulté, il est important de s’adresser à une personne ayant les compétences pour résoudre votre problème.

Comment choisir son pédicure-podologue ?

À l’entame du choix du pédicure-podologue, il est essentiel de vérifier son diplôme, ses compétences, ses domaines d’intervention, et son expérience professionnelle. Ces axes de décision sont d’autant plus importants qu’ils favorisent l’établissement d’une relation de confiance entre le soignant et le malade. En dehors des compétences du pédicure-podologue, de nombreux critères secondaires peuvent influencer votre choix.

  • Les services offerts sont en relation avec les compétences et l’expérience du pédicure-podologue. Ils vous permettent d’étendre le champ de la consultation. Vous pouvez ainsi avoir accès à une pédicure complète, réalisée dans le respect de votre pathologie. Par ailleurs, ce critère permet de choisir le prestataire le plus adéquat pour votre demande. Enfin, il est possible de consulter un pédicure-podologue offrant la possibilité de faire certaines visites à domicile.
  • La localisation géographique: le stress exercé sur les pieds souffrants n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement général du corps. Il est donc plus aisé de choisir son pédicure-podologue dans son quartier ou sa ville, lorsque le profil recherché se trouve à proximité de sa résidence.
  • Les délais de livraison: les commandes d’appareillages locomoteurs ou de posturologie répondent souvent à une urgence. Il est donc plus judicieux de choisir un pédicure-podologue compétent, offrant de délivrer la commande le plus rapidement possible, tout en assurant la qualité des matières et de la confection.
  • Le tarif de consultation du pédicure-podologue: il est fortement lié à l’adhésion à la convention entre le syndicat des pédicure-podologues et la sécurité sociale. Elle fixe le prix de la consultation à 27 euros. Il existe deux types de pédicure-podologues conventionnés : les premiers appliquent à la lettre le tarif suggéré par la convention ; les deuxièmes appliquent des tarifs ayant une variance douce et mesurée par rapport au tarif de la convention. Enfin, les pédicure-podologues non conventionnés se réservent le droit de fixer leurs tarifs en marge de la prescription de ladite convention.

À quel âge consulter un pédicure-podologue ?

À l’instar de nombreuses dispositions médicales préventives, la consultation de routine chez un pédicure-podologue est souvent occultée. Elle n’est prise en compte qu’après le constat d’un problème ou quand on estime être trop âgé pour l’éviter. Il est cependant possible de faire son premier examen podologique dès l’âge de 5 ans. L’objectif est d’être proactif, d’éliminer ou de mieux prendre en charge un mal. Par ailleurs, la consultation du pédicure-podologue participe au maintien d’une bonne posture physique chez le futur adulte. Une visite de routine, faite une fois l’année, donne la certitude d’être en bonne santé. Enfin, chaque Français a la possibilité de faire une visite annuelle gratuite dans sa région, à l’occasion de la Journée nationale du pied.

Message