Lorsque nous mangeons, nous pouvons ingurgiter des substances nocives pour notre organisme. De même, la consommation abusive de certains produits tels que les boissons alcoolisées peut est source de maladies graves ou d’addiction. Ces substances sont la cause de diverses intoxications dont l’une d’entre elles est l’exogénose. Découvrez ici des informations détaillées sur cette intoxication.

Qu’est-ce que l’exogénose ?

Cette pathologie est une appellation surtout utilisée en milieu médical. Elle est un fléau causé par l’abus d’une substance exogène. Dans la plupart des cas, cette substance est l’alcool, d’où l’alcoolisme comme l’autre nom de cette dépendance. Sa consommation régulière et journalière occasionne un état de dépendance chez le sujet. Lorsque vous consommez abusivement de l’alcool, vous exposez votre organisme aux toxines.

Par conséquent, vous affaiblissez voire détruisez vos fonctions cardiaques et respiratoires. Ce phénomène se répète chaque fois que vous consommez une quantité exagérée d’alcool. Il agit également sur le système nerveux en causant un état dépressif.

L’exogénose n’est souvent pas un état voulu par les personnes qui en souffrent. Bien souvent, elle résulte d’une crise émotionnelle mal gérée comme une déception amoureuse, le décès d’un être cher… Elle peut également provenir d’une grave situation sociale mal vécue comme la perte d’un emploi.

Quelles sont les manifestations de cette pathologie ?

La consommation abusive de l’alcool n’épargne aucun tissu humain. Ses conséquences sur la santé ne sont cependant pas que physiques. Elle agit aussi sur le comportement de l’individu et l’influence profondément.

Au plan physique

L’exogénose se manifeste de plusieurs manières. Elle entraîne des vomissements, des céphalées, des ulcères dans ces cas et une déshydratation prononcée. Lorsque la consommation de l’alcool atteint l’état de dépendance, le sujet peut même substituer tout repas à l’alcool.

Lorsqu’elle dure, elle peut être à la base de l’apparition de certaines maladies graves comme des lésions cérébrales et cardiaques, affections hépatiques, troubles de mémoire… La cirrhose de foie est généralement la phase finale de l’exogénose. Cette affection est une maladie grave qui attaque le foie et endommage son fonctionnement.

Elle l’empêche de remplir ses fonctions. À ce stade, soit la maladie est stabilisée soit elle évolue faute de traitement adéquat. Ses conséquences sont immédiates avec des problèmes de digestion et des effets sur tout l’organisme.

Cette consommation est davantage très dangereuse chez les sujets diabétiques. Elle cause chez ces derniers de fortes crises d’hypoglycémie qui conduisent facilement à la paralysie, et même la mort.

Au plan comportemental

Sur le plan comportemental, l’exogénose peut bel et bien causer l’impulsivité voire même l’agressivité. En effet, une personne dépendante de l’alcool perd en réalité la maîtrise de soi-même et n’arrive plus à évaluer convenablement son vécu quotidien. Sa situation sociale en reçoit également un coup, car il n’a plus de retenue face aux événements qu’il vit. Indépendamment de sa volonté, il s’enferme dans un carcan où il vit une illusion totale.

Cette déchéance peut la conduire à la perte du travail si elle en avait un. Sa vie familiale en reçoit de même un grand coup. L’exogénose peut donc conduire à l’éclatement de la famille à cause d’un père de famille qui devient très violent et irresponsable.

La personne dépendante à l’alcool devient aussi très bavarde indépendamment de sa volonté. C’est la conséquence naturelle de la non-maîtrise de soi. Elle s’intéresse peu au monde qui l’entoure et dans ses discussions, elle n’écoute que lui-même. Elle devient très ennuyante sans le savoir elle-même. Elle développe à la longue un sentiment d’instabilité lié à une image personnelle incertaine et négative.

Comment lutter contre l’exogénose ?

Face à d’aussi nombreuses conséquences négatives, il est heureusement possible d’y remédier. Pour guérir de cette addiction, le premier élément est la volonté de la personne. Cette volonté commence en effet par la reconnaissance par le patient de son état de dépendance éthylique. Sans cette reconnaissance, il ne pourra pas se faire accompagner dans le processus de guérison.

Il pourra alors rencontrer un médecin pour une prise en charge adéquate. Dans la plupart des cas, les médecins traitent l’exogénose avec des médicaments anxiolytiques. Ces derniers réduisent l’effet de l’addiction en aidant le patient à passer plusieurs jours sans consommer la moindre goutte d’alcool.

Reconnaissons quand même que le sevrage n’est pas brutal. Le patient n’arrive à abandonner ses habitudes qu’au bout de plusieurs mois de traitement. Par conséquent, c’est par réduction de la quantité d’alcool et avec l’aide des médicaments anxiolytiques qu’il arrive à tout abandonner.

Il est aussi important que le patient se fasse accompagner dans ce processus par des personnes luttant contre l’exogénose comme lui. À ce titre, il est recommandé de s’inscrire dans des réunions de désintoxication comme les alcooliques anonymes.

Ce creuset, très répandu en France et dans le monde, est un cadre très efficace pour arriver à bout de son addiction. En effet, lorsque vous côtoyez des gens qui luttent pour les mêmes causes que vous, vous trouvez en vous-même, les ressources nécessaires pour aller jusqu’au bout de votre combat.

Message