Le prurigo strophulus est une pathologie cutanée qui entraîne chez les personnes des effets de démangeaisons à ne point finir. Il s’agit d’une affection qui s’observe généralement chez les enfants. Elle est très gênante et sa cause peut provenir de sources diverses. À quels soins peut-on recourir pour en venir à bout ? Que faire pour l’éviter ? Découvrez dans cet article des réponses à ces questions ainsi que d’autres informations essentielles pour mieux cerner ce mal.

Qu’appelle-t-on prurigo strophulus ?

Il se retrouve couramment chez les moins âgées qui se situent entre 2 et 10 ans. C’est une maladie cutanée qui se manifeste en faisant survenir sur la peau des papules en forme de vésicule. Ces boutons sont de couleur rouge ou violacée et sont bien minuscules.

Généralement, le constat est fait au réveil du matin. Ces sortes de papules causées par le prurigo strophulus contiennent un fluide, mais restent dures au toucher. Elles ne sont pas douloureuses et ne causent normalement pas de fièvre.

Toutefois, elles sont prurigineuses et obligent à se gratter le corps, et cela, sans cesse. Ce qui conduit à des irritations cutanées et à la présence des marques de grattage sur l’enveloppe corporelle. Le prurigo strophulus a généralement pour siège les mains, le visage et les membres inférieurs. Il tire son nom de la forte envie de grattage continu du corps à laquelle il soumet les sujets souffrants.

Cette affection est difficile à diagnostiquer en raison de la similitude qui existe entre ses manifestations et celles d’autres pathologies de la peau. Lorsque les lésions causées par le prurigo strophulus évoluent, elles finissent par déboucher sur une séropapule urticariante de Brocq.

Il est possible qu’elle soit infectée à force de se gratter. Ce sont des situations qui peuvent rapidement dégénérer et donc elles requièrent une attention particulière voire une consultation.

Qu’est-ce qui cause cette maladie ?

Comme il a déjà été notifié ci-dessus, le prurigo strophulus est une pathologie parasitaire. Les puces, les acariens, les hétéroptères, les piqûres d’insectes, le manque d’hygiène et autres sont des potentiels transmetteurs de la maladie.

Lorsque l’on séjourne dans un milieu en présence d’animaux domestiques, le risque d’infection est grand en raison des ectoparasites que transportent ces derniers. Certains de ces parasites qui causent le prurigo strophulus sont perceptibles à l’œil nu à l’instar des moustiques, des puces, des punaises, etc.

Mais il en existe des invisibles qui pour la plupart du temps vivent dans l’environnement immédiat. L’on peut les retrouver à l’intérieur des meubles faits en bois et les pailles. L’on cite peut citer en l’occurrence les sarcoptes, les gamases sont des insectes très virulents possédant la capacité de transmettre la maladie.

Quelles sont les pathologies avec lesquelles l’on peut confondre ce mal ?

Lorsque les symptômes cités plus haut se manifestent, il faut se rapprocher d’un spécialiste de la santé pour qu’un diagnostic différentiel puisse être opéré pour confirmer ou non que le patient souffre d’un prurigo strophulus.

Car, il peut s’agir des pathologies comme la varicelle qui se manifeste également chez les enfants et qui se caractérise par une éruption de petites vésicules ou de l’eczéma qui se définit par de minuscules boutons très rapprochés les uns des autres.

En outre, la dermatite herpétique (maladie de Duhring-Brocq) peut aussi se confondre au prurigo strophulus. C’est une chronique maladie qui touche fréquemment la peau des jeunes et des enfants. Comme ce dernier, elle est souvent logée au niveau des membres et plus précisément sur leur face d’extension.

De plus, certaines réactions allergiques peuvent aussi prêter à confusion par leur manifestation et laisser croire qu’il s’agit d’un prurigo d’où toute l’importance du diagnostic afin d’opter pour un traitement adéquat.

Quels sont les traitements à administrer pour venir à bout du prurigo strophulus ?

Les remèdes pour en finir avec les prurits

Le médecin traitant, peut recommander la prise de certains médicaments (des antihistaminiques pour la plupart du temps) afin d’atténuer les fortes envies de grattage. Étant donné que les personnes atteintes sont des enfants, ces remèdes sont généralement sous forme de liquide épais. L’on retrouve souvent dans ces prescriptions contre les démangeaisons du prurigo strophulus et selon l’âge du sirop de :

– Périactine® pour 2 à 6 doses de cuillerées à café chaque jour ;

– Polaramine® à prendre au quotidien à raison de 1 à 6 cuillerées à café ;

– Phénergan® à consommer quotidiennement à une dose de 3 à 6 cuillerées à café ;

– Primalan® pour 2 à 4 cuillères à café au quotidien ;

– Théralène® à consommer chaque jour à hauteur de 1 à 6 cuillerées à café.

Les remèdes pour estomper les papules

Pour un traitement local du prurigo strophulus, les parents peuvent donner aux enfants des bains à base d’amidon tous les jours jusqu’à la disparition du mal. Ils peuvent également recourir à des remèdes comme le Glycérat d’amidon au triple acide ou du Dermacide®. Entre autres, le docteur pourrait aussi leur prescrire de la quinisocaïne (Quotane®) ou du crotamiton (Eurax®).

En raison des démangeaisons qu’inflige le prurigo strophulus, l’on a tendance à se gratter et cela peut entraîner des surinfections. Pour les éviter, il convient de couper à ras les ongles des enfants et de mettre à leur disposition des savons antiseptiques pour leur douche.

L’application de colorants comme de l’Eosine 2 % ou de la solution de Milian est également conseillée. En cas de surinfection ou de remarque d’une situation impétigineuse en rapport avec le prurigo strophulus, il faut penser à la prise des antibiotiques, car ils sont réputés pour lutter contre les staphylocoques et les streptocoques.

Ensuite, il faut localement prendre des bains contenant du permanganate de potassium 1/10 000, utiliser une pommade à base Auréomycine® et se rappeler de passer régulièrement un colorant sur les vésicules. Il peut s’agir de l’uranine à 1 %, de la solution de Milian, de l’éosine 2 %, etc.

Comment prévenir cette maladie ?

Pour éviter de chopper cette pathologie, il est nécessaire d’observer une grande hygiène corporelle chez les enfants. Ceci pour pouvoir lutter contre les parasites qui sont les transmetteurs du prurigo strophulus. Il faudrait donc procéder à la désinsectisation du milieu où l’on habite afin d’amoindrir tout contact de la peau des enfants avec les insectes.

Aussi, si l’on possède des volailles, il vaut mieux les éloigner de l’habitat (fenêtres et balcons des chambres). Il serait bien d’interdire aux petits de se promener les jambes nues ou de s’aventurer dans les hautes herbes. Toujours en prévention du prurigo strophulus, un traitement spécial doit être réservé aux animaux domestiques, aux linges de maison, aux vêtements, aux lits et même au plancher.

Cela parce qu’il s’agit là des endroits privilégiez où se dissimulent les parasites. Il faut quelques heures avant d’aller au lit revoir les chambres en les aérant et en y passant quelques tours d’aspirateur.

 

Message